Plonger

Menteuses [Be]

Plonger

Fable aquatique

En création

Spectacle en salle – Tout public à partir de 8 ans

Une fille marche au bord. Ça tremble, ça se meut étrangement, mais la fille marche, elle avance, elle monte les quelques marches et s’avance encore et encore. Tout au bout, tout au bord.

Une autre fille est allongée dans une chaise longue. Elle porte des lunettes et un micro dans sa main gauche. Quelques mots : “Se retourner est un vrai risque…C’est la folie de croire, contre tout dogme, qu’en « arrière » de soi, il y a une réserve de liberté à nulle autre pareil. “

La première fille, celle qui marche, est arrivée au bord du vide, son corps est en suspens. Il ne fallait pas s’arrêter, mais c’est trop tard maintenant.

“A quoi nous risquons nous lorsque nous suspendons une décision (…) ? Faisons-nous le pari qu’autre chose surviendra (…) ?”*

 

*Les passages en italiques sont extraits du livre « Eloge du risque » d’Anne Dufourmantelle.

www.ciementeuses.org

Distribution : Porteuse de projet : Sarah Devaux, Au plateau : Sarah Devaux 1 ou 2 artiste de cirque / comédien – recrutement en cours, Regard extérieur : Melissa Von Vépy, Construction : Niel Price, Scénographie : Laetitia Douanne, Création lumière : en cours, Production : Cécile Imbernon – La chouette diffusion, Administration : Myriam Chekhemani – la chouette diffusion ● Une production de la Cie Menteuses  ● Soutien financier : SACD – Soutien à l’écriture Spectacle vivant  ● Avec le soutien de la Maison de la culture de Tournai – Festival la piste aux Espoirs (Be), Le Château de Monthelon Montréal (Fr), Cie Happés- Aigues Vives (Fr)

Contact : Cécile Imbernon

Durée : environ 1h
Espace au sol : 8x8m
Hauteur minimum : 6m

La compagnie

Menteuses [Be]

Sarah Devaux et Célia Casagrande-Pouchet se rencontrent à l’ESAC (Ecole Supérieure des Arts du Cirque de Bruxelles) en 2011. Immédiatement une complicité artistique naît.

A la sortie de leur formation, en 2014, spécialisées en corde volante et corde lisse, elles se plongent dans des premières recherches physiques et artistiques liant ces deux agrès.

Les Menteuses  est créée en 2015, pour accueillir leur premier spectacle, À nos fantômes. On y rencontre un personnage baroque, au prise avec ses désirs, ses fantasmes, mais aussi ses désillusions, le tout dans un univers complètement métaphorique. Tout se joue autour d’une grande corde noire magique, tantôt verticale, tantôt ballante.

Depuis, La compagnie s’implante dans le paysage bruxellois, mais étend aussi ses collaborations avec divers partenaires à l’international. Elle s’attache à travailler à une création sensible et théâtrale, où l’univers semble s’équilibrer entre onirisme, surréalisme, et absurde. La place donnée à l’image, à la lumière et au son dévoile leur attirance pour une certaine esthétique cinématographique.

Si le corps en suspension, constitue un de leur langage scénique essentiel qui leur permet d’ouvrir un espace métaphysique autre, la question de l’agrès semble aujourd’hui s’éloigner pour laisser la place à une scénographie particulière au projet, mais aussi à un corps qui puisse exprimer tout son potentiel poétique, physique, émotionnel et théâtral pour tenter, quelque soit la manière, de raconter ce qui agite l’âme humaine.

Sarah Devaux : Sarah est diplômée de l’ESAC (Bruxelles) depuis juin 2014. Là-bas elle se spécialise en corde lisse et y inscrit des rencontres qui marqueront la suite de son parcours.
Notamment la collaboration avec Valérie Dubourg, pour son spectacle Péripéties, mais aussi avec Célia Casagrande-Pouchet, avec qui elle fonde la Cie Menteuses en 2015, et créent leur premier spectacle À Nos Fantômes, entourées de Mélissa Von Vépy et Tom Boccara (Réalisateur de cinéma).
Elle fait actuellement partie de la distribution de Open Cage-cie Hors Surface, de la prochaine création de la cie l’Indécente-Camille Châtelain pour une pièce hybride, mêlant cirque et musique live, No Rest for Lady Dragon, ainsi que celle de Mélissa von Vépy, Les Flyings. Son amour pour le théâtre l’amène aussi à travailler avec le metteur en scène belge Pascal Crochet dans une pièce qui place sa recherche autour des possibilités poétiques du corps(sortie 2021), et avec la compagnie Teraluna, dans une pièce qui raconte la famille, Les Gunn’s habitent au 43, écrite et mise en scène par Sébastien Barberon.
Au sein de ces divers créations, Sarah pousse ses recherches dans un langage métaphorique et un univers théâtral physique et singulier, où le cirque devient un moyen puissant pour raconter autrement. Raconter autrement l’être humain, dans toute sa folie et sa beauté ; dans ses aspirations, ses quêtes, mais aussi ses angoisses et ses contradictions…
Forte de toutes ces expériences, Plonger arrive à un moment de son parcours où la nécessité se fait sentir d’écrire le cirque depuis un autre point de vue, sans compromis ni inhibition.

Prochaines dates

Plonger – Menteuses

samedi 17/04/2021

samedi 24/04/2021

Tous les spectacles